LE FILM « HISTOIRE D’UN SECRET »

Le film de Mariana Otero nous touche au plus profond de notre intimité tout en questionnant le social et le politique. A travers une histoire singulière qui peu à peu devient la nôtre, au fil d’une enquête parsemée de rencontres et de révélations tout autant que de silences et de non-dits, le film nous parle des secrets de famille, de la manière dont ils perdurent et dont on peut tenter de les lever. Il révéle aussi un pan de notre histoire resté encore  tabou et peu raconté. Il nous parle de la mémoire, du deuil et de nos fantômes. Enfin il révèle une peintre jusqu’alors méconnue car trop tôt disparue, Clotilde Vautier.

Extrait d’un interview de Mariana Otero .

« Quand j’ai eu quatre ans et demi, ma mère a disparu. Notre famille nous a dit à ma sœur et à moi qu’elle était partie travailler à Paris. Un an et demi plus tard, notre grand-mère nous avouait qu’elle était morte d’une opération de l’appendicite.

Par la suite durant notre enfance et notre jeunesse, notre père ne nous parla pas de notre mère, sauf pour nous répéter qu’elle avait été une peintre et une femme extraordinaires. Il avait enfermé ses tableaux dans un placard et rangé les photos dans un tiroir qu’il nous était interdit d’ouvrir. Si j’ai parfois désobéi, je n’ai jamais vraiment manifesté une grande curiosité pour celle qui avait été ma mère et dont je ne reconnaissais même pas le visage sur les photos.

Quand notre père se décida enfin à nous parler de notre mère, ce fut pour nous révéler les circonstances réelles de son décès. Ce secret que mon père avait porté seul pendant 25 ans l’avait empêché de nous raconter sa vie et de nous montrer son œuvre.
En rompant ce tabou, il nous rendait notre mère. Mais ces mensonges successifs avaient effacé de ma mémoire jusqu’au souvenir de sa disparition.
J’ai éprouvé alors la nécessité de reconstruire cette histoire et de retrouver celle qui m’avait été doublement arrachée par la mort et par le secret. Elle était peintre, je suis cinéaste. Faute de souvenirs, ce sont ses tableaux qui peuvent avec le cinéma me conduire jusqu’à elle.

….
Raconter cette histoire, ce n’était pas seulement raconter le contenu du secret mais faire vivre au spectateur l’expérience singulière de ce secret et de sa révélation.
Je ne voulais pas parler sur le secret, discourir ou expliquer mais créer un récit qui soit l’équivalent cinématographique de ma propre expérience.
Le récit devait ressemble à un puzzle dont les pièces s’accumulent sans trouver leur place définitive, jusqu’au moment de la révélation qui vient le briser et en même temps lui donner tout son sens.
Il y avait d’un côté l’histoire que j’avais vécue, que je m’étais racontée jusque-là et dont je m’étais satisfaite en dépit de ses manques et de ses coins obscurs. Et de l’autre, celle que je venais d’apprendre qui, bien que perturbante, redonnait du sens à l’improbable.
Il y avait aussi la multitude d’histoires semblables, encore cachées et taboues. Cette histoire politique et sociale à laquelle j’appartenais sans le savoir et sans la connaître.
Il y avait la révélation du secret, le récit des derniers jours de ma mère et de sa mort.
Et enfin ma volonté de faire exister, par le cinéma, une présence, celle d’une mère disparue et oubliée, rendre visible l’invisible, rendre présente l’absence.

Le désir de ce film était multiple et il fallait que je trouve la construction qui rassemble tous ces morceaux épars, le faux et le vrai, l’avant et l’après, l’individuel et le collectif, la vie et la mort, ma mère et moi… C’était l’enjeu politique et narratif de ce film, faire tenir ensemble ce qui avait été tenu séparé par le secret, le tabou et la loi. »

Fiche technique

Histoire d’un secret   (Documentaire, 90’, 35mm)
Production. Archipel 35, INA, France 5, avec la participation du CNC, du Conseil Régional de Bretagne et du Conseil Général d’Ille-et-Vilaine
Sélectionné aux festivals : Festin d’Aden, Lussas, La rochelle, Locarno, Nyons
Primé  aux festivals de Valliadolid, Florence, Belo Horizonte
Sortie salles : en France en octobre 2003, au Portugal en mars 2004, en Suisse en mai 2004

Le DVD du film « Histoire d’un secret » est sorti aux éditions « Blaq Out ».
Il contient, outre le film, de nombreux documents: une interview inédite de Mariana Otero, les rushes de l’entretien avec Joëlle Brunerie-Kaufmann dont le film ne donnait que des extraits, un choix commenté d’œuvres de Clotilde Vautier, des extraits du discours de Madame Simone Veil au Sénat et à la Chambre des députés lors de la présentation et du vote de la Loi de 1975 sur la contraception et l’avortement (documents INA), la bande-annonce du film et des extraits de l’émission Psychologies » consacrée aux secrets de famille à laquelle participaient Mariana Otero.
Il est édité aux Etats-Unis Facets Video www.facets.org
Il est édité en Espagne par la Coordenadora de Organizaciones feministas del estado espanol
Il est édité au Portugal Colecçao Atalanta Filmes